Nouvelles

Prévention du suicide: une ligne d’intervention au coeur d’une controverse

Un article de Hugo Pilon-Larose, La Presse


PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Confusion chez les donateurs, interrogations sur la formation des intervenants auprès des personnes en détresse : les pratiques de SOS Suicide Jeunesse, un organisme indépendant, inquiètent le Regroupement des 28 centres de prévention du suicide. Québec a aussi des réserves, mais se dit impuissant à intervenir.

En entrevue à La Presse, la présidente du Regroupement, Lynda Poirier, se demande qui travaille chez SOS Suicide Jeunesse et qui a formé les intervenants qui répondent aux personnes en détresse sur sa ligne d’intervention téléphonique. « C’est nébuleux, lance-t-elle. On ne sait pas ce qu’ils font et qui ils sont. »

Elle ajoute que SOS Suicide Jeunesse fait aussi « beaucoup de sollicitation » auprès de donateurs. « Comme nous avons en commun le mot « suicide », des gens nous appellent parfois pour nous dire qu’ils nous ont donné de l’argent. Or, leurs dons ont été versés à SOS Suicide Jeunesse », affirme Lynda Poirier. Les 28 centres de prévention du suicide de son regroupement répondent aux appels de détresse sur la ligne d’intervention téléphonique gouvernementale 1 866 APPELLE.

Lire la suite de l’article en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Consultez l’article complet ici

Je veux m'impliquer

Il existe plusieurs façons de contribuer

En savoir plus

Je veux faire un don

Ç'est ensemble que nous pouvons agir

En savoir plus

Des questions?

Des commentaires?

Nous ne faisons aucune intervention en prévention du suicide par courriel.

Si vous vivez une situation de détresse,
veuillez nous appeler au 1 866-APPELLE (1 866 277 3553)