Nouvelles

Prévention du suicide: une ligne d’intervention au coeur d’une controverse

Un article de Hugo Pilon-Larose, La Presse


PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Confusion chez les donateurs, interrogations sur la formation des intervenants auprès des personnes en détresse : les pratiques de SOS Suicide Jeunesse, un organisme indépendant, inquiètent le Regroupement des 28 centres de prévention du suicide. Québec a aussi des réserves, mais se dit impuissant à intervenir.

En entrevue à La Presse, la présidente du Regroupement, Lynda Poirier, se demande qui travaille chez SOS Suicide Jeunesse et qui a formé les intervenants qui répondent aux personnes en détresse sur sa ligne d’intervention téléphonique. « C’est nébuleux, lance-t-elle. On ne sait pas ce qu’ils font et qui ils sont. »

Elle ajoute que SOS Suicide Jeunesse fait aussi « beaucoup de sollicitation » auprès de donateurs. « Comme nous avons en commun le mot “suicide”, des gens nous appellent parfois pour nous dire qu’ils nous ont donné de l’argent. Or, leurs dons ont été versés à SOS Suicide Jeunesse », affirme Lynda Poirier. Les 28 centres de prévention du suicide de son regroupement répondent aux appels de détresse sur la ligne d’intervention téléphonique gouvernementale 1 866 APPELLE.

Lire la suite de l’article en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Consultez l’article complet ici

I want to get involved

There are many ways to contribute

Learn more

I want to donate

Together, we can make a difference

Learn more

Any questions?

Any comments?

We do not carry out suicide prevention interventions over email.

If you are in distress,
please call us at 1-866-APPELLE (1-866-277-3553)